Présentation

Organic Artwork

Carpere & Colligere

Carpere : cueillir, déchirer, censurer, trier, choisir, goûter, profiter.
Colligo : cueillir ensemble, réunir, rassembler, lier ensemble.

Carpere & Colligere (Cueillir & Recueillir) : ce titre résume les deux fondements de ma démarche artistique ainsi que les étapes traversées pour la développer.

Dans un premier temps je constitue des collections végétales lors de cueillettes glanées durant des temps de voyage, de marche et de flâneries, aux antipodes de la vitesse et du quotidien. Pour cette phase de collecte je m’attarde et repère des détails de la nature que la plupart des marcheurs ne remarquent pas. Les plantes et les matières organiques constituent mon principal médium. Ces végétaux sont choisis pour leurs fragilité, leurs formes, leurs transparences, leurs légèretés, leurs entremêlements, leurs couleurs ou leurs textures.

Dans un second temps dans l’atelier, ces extraits de plantes sont conservés dans des bocaux ou des herbiers. Plus tard je les observe, je les manipule, en regardant comment ils ont évolué. Je choisie de les travailler lorsque la matière ne semble plus se modifier. C’est l’essence de cette matière figée qui va inspirer mon travail pour la révéler. Je trie, divise, découpe, recompose, lie ou assemble ces végétaux en état de conservation avec des matières artificielles comme des fils de cotons aux couleurs vives, des paillettes, des perles de verre, ou de la peinture. C’est par un jeu d’opposition et de conciliation entre leur fragilité brute et les matières fabriquées par l’homme que je cherche à révéler leur beauté singulière et leur temporalité. La mise en œuvre de chaque pièce se fait dans un temps suspendu. Les pièces ainsi produites relèvent autant de l’objet de curiosité et des vanités que du « still life » (nature morte) dont la définition anglaise évoque la préservation de la vie contrairement au terme français. Elles mettent en lumière des détails de la nature pour accompagner le regardeur vers une contemplation.

En récoltant ces matières organiques, j’interromps le cours de leur décomposition. J’essaye de préserver la beauté de leur structure dans un artefact en sublimant une matière en voie de disparition.  Les pièces produites s’observent alors comme des mises en représentations symboliques du temps qui passe, et confronte le spectateur à son inexorable écoulement.  Ces compositions se donnent à voir comme des reliques de la nature.